Agence Urbaine de Marrakech, Un exemple de siège administratif soucieux de l'environnement
Vendredi, 04 Mars 2011 11:37

Agence Urbaine de Marrakech, Un exemple de siège administratif soucieux de l'environnement

L’Agence Urbaine de Marrakech envisage la construction de son nouveau siège sur un terrain domanial situé dans le quartier de l’hivernage. Les lauréats Khalid Mikou et Omar Bakkali ont su répondre aux exigences de l’Agence Urbaine en proposant un projet symbolique, fonctionnel et esthétique.
 

De par la mission de l’Agence Urbaine et la situation centrale du terrain, le nouveau siège de l’agence se veut être un symbole et un repère urbain qui doit véhiculer les valeurs fondamentales que défend l’agence.

Sur une superficie de 3025 m2, le maître d’ouvrage a tenu à ce que le bâtiment réponde aux exigences HQE en intégrant un programme d’énergies renouvelables, d’utilisation des eaux pluviales et d’un système de recyclage des déchets. De plus, ce bâtiment sera destiné à recevoir le public, il doit donc, également, apporter des solutions innovantes pour améliorer leur confort en intégrant, par exemple, un système d’accessibilité aux personnes à mobilité réduite.

N’oublions pas de souligner, le souci du maître d’ouvrage qui, tout en voulant garder sa spécificité et son intégration environnementale, veut un bâtiment doté d’une architecture innovante s’intégrant parfaitement au site et laissant transparaître des symboles révélateurs de l’esprit de cette institution moderne, ouverte sur l’avenir et à l’écoute de la société.

L’édifice proposé devra donc reposer sur un ensemble formel mettant en liaison le bâtiment et l’institution.
 

1er prix : Mohamed Nabil Mikou et Omar Bakkali
 

Les choix des lauréats Nabil Mikou et Baqqali sont le fruit d’une réflexion axée essentiellement sur l'architecture durable et les principes écologiques.

Les espaces, les volumes et les matériaux qui en déclinent sont autant de composantes qui, outre leurs simples aspects, participent pleinement par leurs morphologies, leurs implantations et par leurs caractéristiques physiques à un fonctionnement global et globalisant qui permettent une meilleure gestion et économie de l'énergie ainsi qu’un meilleur contrôle des éléments dans l'environnement agressif du sud marocain.

Le projet est constitué d'un volume compact implanté en fond de parcelle en recul derrière un espace végétal. Cet espace est délimité par une épaisse muraille en pisé et couvert d'une toiture légère en acier et en nappes de roseaux.

L'ensemble s'organise d'une façon symétrique autour de l'axe du terrain matérialisé par une grande embrasure au niveau de la muraille en guise d'accès principal.

L'accès se fait donc à partir de cet écartement au niveau de la muraille qui se prolonge par une plate-forme bordée de part et d'autre par des espaces plantés en décaissé à l'image des vergers du palais El Badi.

Cet espace que les concepteurs ont appellé le verger, se veut être un espace tampon entre deux ambiances opposées, l'extérieur et l'intérieur, entre le chaud et le tempéré, entre l'extrêmement ensoleillé et le totalement ombragé. Pour le traitement de cet espace, les architectes se sont inspirés largement des riads et des cheminements à travers les souks de la Médina. Le climat qui y règne est une ambiance adoucie par l'ombre portée de la toiture, humidifiée par la végétation et le pisé du rempart et animée par le scintillement des faisceaux lumineux qui pénètrent à travers les nappes de roseaux de la couverture.

Au fond et au pied d'un volume qui s'élance, se dessine la porte de l'équipement.

Cet accès mène à un espace vide sur toute la hauteur du bâtiment, surplombé d'une tour, et contenant toutes les circulations qui desservent les différents niveaux et les différents départements de l'agence. Éclairée par le haut et le bas, la lumière y est filtrée et tamisée. Un souffle ascendant d'air y circulera en permanence et participera à l'animation de sculptures suspendues.

L’approche écologique proposée par les concepteurs du projet, s’est faite sur deux axes. Le premier se base sur l'économie de l'énergie grâce à des solutions de ventilation naturelle (inspirées des fameuses tours de vents et des puits d'aération), à une bonne isolation thermique et à l’installation des éléments producteurs d'énergie tels que les panneaux solaires.

Le second axe est l'utilisation de matériaux dits écologiques tels que le pisé, la paille, les roseaux et l'acier. Les techniques de construction sont basées sur le savoir -faire local.
 

2e prix : El Bachir Biad
 

Ce projet proposé par El Bachir Biad adopte un plan organisé autour d’un grand patio intérieur. La disposition et la lisibilité des accès au bâtiment sont claires afin de faciliter la gestion des flux et le fonctionnement de l’agence. Les façades sont traitées comme des peaux sensibles.

Le hall d’entrée est créé comme un espace polyvalent : exposition, affichage …, c’est un espace qui permet une communication facile entre les entités : hall d’accueil, l’amphithéâtre, buvette et esplanade, et constitue une extension de l’amphithéâtre (doté de portes amovibles) dans le cas de grands événements. L’esplanade et les terrasses sont traitées en végétal et minéral pour constituer le poumon de cet édifice par un espace ombragé de rencontre, de détente à l’écart du grand hall et de la galerie intérieure. Le rez-de-chaussée de l’ensemble des bâtiments dispose d’une hauteur importante visant la valorisation du caractère des espaces d’accueil, de distribution et d’activités.

Le choix des matériaux et des solutions techniques est motivé par un souci de pérennité et de réduction de contraintes d’entretien et de maintenance afin d’optimiser les coûts.
 

3e prix : Mohamed Nadim

Le choix de la composition architecturale et volumétrique, que nous propose l'architecte Mohamed Nadim, se justifie par rapport à un programme précis demandé par le maître d’ouvrage. L’architecte imposera alors une architecture volontairement contemporaine soutenue par une recherche de transparence répondant à l’image de la vocation déterminée à ce bâtiment public qui se veut proche des citoyens. Basé sur le principe d’imbrication de volumes sur un «
îlot » ouvert, le bâtiment s’intègre localement par un rez-de-chaussée ouvert sur un jardin dédié aux palmiers et un parvis créant un espace semi-public permettant à l’édifice de s’extérioriser et de jouer son rôle en tant qu’administration.

Des percées visuelles vers l’extérieur sont également prévues afin de créer une rupture entre les différents départements et favoriser un éclairage naturel dans les couloirs de distribution animés d’espaces de repos.

Un traitement végétal est prévu au niveau de la façade et de certains étages. Ce type de traitement permet de réduire la température et de modifier les flux de chaleur réduisant ainsi le besoin énergétique en climatisation grâce à l’ombrage directe.

L’évapotranspiration et une bonne isolation permettent également de réduire la chaleur en été et de la conserver en hiver entraînant ainsi, toute l’année, des économies d’énergie à ne pas négliger dans une région telle que Marrakech.
 

4e prix : Jamal El Idrissi Slitine et Safia Baroudi (architecte collaboratrice)

La volonté des architectes Jamal Slitine et Safia Baroudi est de faire de cet équipement public une référence en matière de traitement esthétique et architectural en tenant compte des impératifs liés à sa fonction.

L’insertion de cet ensemble dans son milieu urbain s’appuie sur l’orientation et l’implantation du bâtiment en tenant compte des données climatiques.

La forme générale et la géométrie du bâtiment s’inscrivant dans la silhouette du motif décoratif classique marocain constitué de deux carrés entrelacés. La façade comporte outre des panneaux vitrés, des parements en carreaux de zellige Al fassi inversés imperméabilisés en partie haute, des panneaux de plaques de métal perforées rappelant un dessin de Moucharabiehs ou de lanternes ciselées qui distillera des jeux de lumière particuliers à l’intérieur des espaces.

Les architectes proposent un projet clair, fonctionnel et identifiable par tous comme un grand équipement public : une agora volontairement entourée d’allées plantées d’arbres et d’espaces verts afin d'ouvrir largement les postes de travail sur l’extérieur.

Le nouveau siège administratif se compose d’un corps central qui part du parvis d’entrée, franchit le hall, et se prolonge jusqu’au jardin andalou en offrant une perspective agréable et attrayante baignée d’une lumière filtrée faisant écho aux raies de lumière du souk Semmarine.

De part et d’autre, deux ailes constituent les plateaux de bureaux. Chacune distribuée par une cage d’escalier et un ascenseur, est reliée par une coursive qui donne sur le patio intérieur et permet de réaliser la continuité des étages de bureaux.

L’importance accordée à la lumière naturelle et au traitement des espaces verts confère au bâtiment une luminosité exceptionnelle et un cadre de travail agréable répondant aux standards internationaux en termes de performance et de fonctionnalité.

 
Bannière

<< >>

Du génie des ingénieurs

  Dans ce numéro qui consacre un dossier à l’ingénierie marocaine, on ne pouvait pas passer sous silence l’apport des ces co...
Lire la suite
 
Video
Entrées de ville ou le total abandon de la décision politique

  L’urbanisation à marche forcée des villes du Maroc durant les vingt dernières années a totalement changé leurs entrées, c...
Lire la suite
 
Hôtel Lincoln

Comment dire : ceci est tout simplement affligeant ! L'hôtel Lincoln s’essouffle ! L'hôtel Lincoln se meurt ! L'hôtel Lincoln ne...
Lire la suite
 
Un trottoir sur l'océan

Miami,Cannes, Nice, La Havane, Alexandrie, et même New York, autant de villes mythiques où respirer l'air du large. Epris de « l...
Lire la suite
 

Toutes les chroniques

sondages
Pensez-vous que les entrepreneurs du BTP au Maroc sont responsables de la sécurité sur les chantiers ?
 

Follow Me on Pinterest

 
sondages
INTERFACE présente NET EFFECT™ aux professionnels Casablancais

  Les prescripteurs marocains connaissent de mieux en mieux INTERFACE, cette société américaine qui produit des dalles de moquet...
 
Exposition TRANS/HITOS ou l’innovation continue du matériau céramique

  Trans/hitos, est une exposition d’architecture qui a eu lieu à Cevisama du 11 au 14 février. Elle a mis en valeur des utilisa...
 
La maison anti-tsunami

  Une maison qui résiste aux pires intempéries : voici l’ingénieux défi que l’architecte Dan Nelson a résolu. Spécialisé...
 

Interview : Moncef Ziani Président FMCI

  Que représente aujourd’hui la FMCI dans le secteur de l’ingénierie nationale ?   « La FMCI regroupe actuellement près ...
 

Plus d'interviews

Avec le Label ILTIZAM, les promoteurs font le ménage dans leurs chantiers

  On attendait depuis longtemps que les promoteurs immobiliers, que le commun des mortels assimile souvent à des « arnaqueurs »,...
 

Plus des dossiers

 
 
 
Copyright © 2013 Archimedia Groupe - site web officiel. Tous droits réservés.