Archimedia, 1er groupe des médias du bâtiment au Maroc

Mosquées, du « solaire » sous divine bénédiction
Mardi, 19 Mai 2015 15:29

Solaire-aux-mosquees

 

Pour permettre aux lieux de culte de faire des économies d’énergie, l’Etat compte attribuer un label « mosquée verte » à l’ensemble des mosquées mises à niveau énergétiquement. Le projet ambitionne de réhabiliter 15 000 mosquées à travers tout le Royaume. Avec la bénédiction de l’Aderee, un programme tout autant inutile qu’extrêmement coûteux pour le contribuable, est en train de s’opérer sous la barbe des autorités. Said Guemra, expert conseil à Gemtech Monitoring, lance un cri d’alarme aux plus hautes autorités !


Les mosquées, de grandes surfaces mais de faibles consommations


Le Maroc dispose de 45 000 mosquées de différentes tailles. Sur le plan énergétique, la seule énergie consommée est l’électricité. En dehors de la mosquée Hassan II, la consommation énergétique d’une grande mosquée est de l’ordre de 100 kWh/jour, soit en gros 100 Dh/jour. La facture varie entre 1000 et 3000 Dh/mois, et même moins pour les petites mosquées. Globalement, c’est l’équivalent de la consommation d’une villa, ou un grand appartement, une journée de consommation d’un hôtel 4* ou celle d’une PME de taille moyenne. A cause de l’intermittence de son utilisation et de ses horaires particuliers, c’est l’une des plus faibles consommations des bâtiments publics.


Une consommation par intermittence


Comme tout le monde le sait, les mosquées sont pleines lors de la prière du vendredi, à des horaires où aucune énergie n’est utilisée en dehors de la consommation, très négligeable, de la sonorisation du prêche. Les autres jours et en fonction de la situation de la mosquée, l’énergie électrique pour l’éclairage de la salle de prière n’est utilisée que pour les 2 ou 3 premières rangées. Par souci de consommation, les imams adaptent l’éclairage des rangées en fonction du taux de remplissage de la mosquée. Comme le montre la photo 1, une seule rangée est allumée pour la prière d’almaghrib.
Nul besoin d’être un grand spécialiste de l’énergie pour se rendre compte que la consommation électrique d’une mosquée se produit principalement durant la prière d’Alfajr, et les prières d’Almaghrib et Aliicha pour l’éclairage. Ce qui veut dire que l’appel de l’énergie se produit à des moments où le soleil est couché. On en déduit que la consommation électrique d’une mosquée est quasi nulle durant le jour.

 

 


Des panneaux photovoltaïques qui produisent une énergie inutilisée


Avec l’assistance de la coopération allemande, des audits énergétiques de certaines mosquées ont été réalisées : elles démontrent un gisement d’économie de 40%. Les deux recommandations phares de ces études sont, primo, l’installation de lampes LED qui ont la capacité de réduire de 70 à 80% la consommation électrique des lampes utilisées pour l’éclairage, et secundo, l’installation de panneaux photovoltaïques. Comme tout le monde le sait, les panneaux photovoltaïques ne peuvent produire de l’énergie électrique que le jour pour faire face aux besoins électriques diurnes de la mosquée. Or, comme on vient de faire le constat que les besoins électriques d’une mosquée sont très faibles voire nuls durant la journée, cette énergie produite serait versée dans le réseau électrique de la REDAL.


Des mesures pour prouver les hypothèses


Afin de mesurer et vérifier nos hypothèses, nous avons procédé pendant les mois de juillet et aout 2014 à l’installation au sein de la Grande mosquée de Hay Riad de deux compteurs intelligents. Le premier pour l’électricité et le second pour l’eau. Ces deux compteurs transmettent les données via un serveur SCADA sur notre plateforme web, consultable à distance, dans laquelle on peut suivre minute par minute, et heure par heure, les consommations totales d’énergie et d’eau, comme le montre le graphique d’enregistrement de la journée la plus chargée qui était le 18 aout 2014 (Fig. 2). Il se trouve que les enregistrements électriques réalisés sur une période de deux mois confirment nettement nos prévisions : la consommation électrique durant la journée, soit de 07h00 à 18h00 est presque nulle. Cette période correspond à celle de la production électrique prévue par les panneaux photovoltaïques.
Quant à la consommation d’eau, le graphe suivant (fig 3) indique les consommations d’eau, avec des petites fuites nocturnes, et des appels d’eau plus importants au moment des prières à 13h, 18h, et 20h variant entre 500 et 700 litres par heure…


Pour lire la suite, veuillez acheter Chantiers du Maroc N° 127, disponible en kiosques


Paru dans Chantiers du Maroc N°127 – Avril 2015

 

 

 

 

Architecture bancaire : la clarté au rendez-vous !

  Les banques marocaines n’ont pas toujours été soucieuses de l’image qu’elles communiquaient aux citoyens. De l’établis...
Lire la suite
 
Video
Bannière

<< >>

sondages
Les architectes peuvent apporter beaucoup !

  Azdine Nekmouche, comme ancien président élu du Conseil Régional de la région de Casablanca, est bien au fait des dangers que...
 
Le BTP turc accompagne les grands projets du Royaume

  Depuis plus d’une décennie déjà, les entreprises de BTP turques installées dans le Royaume ne cessent d’accroitre leurs p...
 
Coffrage : Fenie Brossette et Condor consolident leur partenariat

  A l’occasion de la consolidation du partenariat entre Fenie Brossette et Condor, groupe italien spécialisé dans les solutions...
 
cevisama
eac
intermat
kerix
lire-kalpin
logo-onigt
logo-scopalto
logo_confort
piscine-expo
smartcityexpo
surface
 

Psychopathologie politique d’une société schizophrène. Par Mustapha Saha.

Le peuple marocain se distingue, depuis toujours, par son intelligence modé...
Lire la suite
 
Claude parent n’est plus, La fonction oblique a pris la tangente

Au lendemain de son 93e anniversaire, samedi 28 février 2016, « l’oncle ...
Lire la suite
 
Numerique et communication politique

La Révolution numérique tisse irrémédiablement une nouvelle société tr...
Lire la suite
 

Toutes les chroniques

sondages
La règlementation thermique des constructions au Maroc ( RTCM) est-elle facilement applicable ?
 
 

Les architectes peuvent apporter beaucoup !

  Azdine Nekmouche, comme ancien président élu du Conseil Régional de la région de Casablanca, est bien au fait des dangers que...
 

Plus d'interviews

Le BTP turc accompagne les grands projets du Royaume

  Depuis plus d’une décennie déjà, les entreprises de BTP turques installées dans le Royaume ne cessent d’accroitre leurs p...
 

Plus des dossiers

 
 
Copyright © 2016 Archimedia Groupe - site web officiel. Tous droits réservés.