Archimedia, 1er groupe des médias du bâtiment au Maroc

Les techniques routières à froid
Mardi, 16 Septembre 2014 16:07

les-techniques-routieres-a-froid

 

Les techniques d’entretien routier pratiquées au Maroc jusqu’aux années 90 étaient basées sur l’utilisation des graves non traitées concassées ou semi concassées en couche de base surmontées d’un enduit superficiel bicouche généralement au cut-back 800/1400. Pour les routes à fort trafic, la technique utilisée consistait en l’application de la grave bitume (GB) en couche de liaison sur une épaisseur de 8 à 12 cm et du béton bitumineux (BB) en couche de roulement sur une épaisseur de 5 à 10 cm.

 

Vers la fin des années 90, la panoplie des techniques routières au Maroc a été enrichie par l’introduction de nouvelles techniques routières économiques, adaptées aux contextes marocains, respectueuses de l’environnement et moins consommatrices d’énergie. Cette introduction a été aboutie grâce à la collaboration consolidée entre la Direction des Routes (DR) et l’Association Marocaine de la Route (AMR).
Ces techniques routières appelées communément « les techniques à froid » sont à base d’émulsion, produit bitumineux utilisé à des températures inférieures à 60°C, contrairement aux mélanges à chaud qui sont utilisés à des températures supérieures à 150°C. Aussi, il a été jugé utile, aussi bien pour l’intérêt de l’économie nationale que pour le suivi du progrès enregistré au niveau des techniques des chaussés, d’introduire des techniques routières à froid.


Ces techniques ont porté sur :

 

La grave émulsion (GE): La grave émulsion est une technique destinée aux couches de base et de fondation et aux travaux de reprofilage. Elle est mise en œuvre par un finisseur ou par une niveleuse. En fonction de la granularité, les épaisseurs d’utilisation varient de 0 à 15cm. La grave émulsion est particulièrement adaptée aux emplois à fortes variations d’épaisseur de mise en œuvre et s’accommodent aux chaussées caractérisées par des déformations et des affaissements, empruntées par un trafic moyen à faible. C’est aussi un matériau qui peut être mis en œuvre sous circulation.

 

Les enrobés coulés à froid (ECF): L’enrobé coulé à froid est une technique de surface destinée aux couches de roulement. Elle doit apporter en premier lieu, étanchéité et adhérence. L’ECF peut être utilisé en couche de roulement neuve ou ancienne, sur un enduit superficiel ou un enrobé bitumineux et sur une couche de base en grave bitume, en enrobés à froid, en grave émulsion ou en grave non traitée.

 

Le retraitement en place des chaussées à froid : Le retraitement des chaussées en place à froid est une technique destinée à recréer, à partir d’une chaussée dégradée, une structure homogène et adaptée au trafic à supporter. Sa particularité est de réemployer les matériaux de l’ancienne chaussée sans les déplacer. L’opération de recyclage consiste à fractionner ou décohésionner le corps de la chaussée existante et à incorporer un liant (hydraulique ou hydrocarboné) et éventuellement un correcteur granulométrique et de les mélanger intimement in-situ jusqu’à l’obtention d’un matériau homogène. On réalise ainsi après réglage et compactage une nouvelle assise de chaussée destinée à recevoir d’autres couches de surface.

 

Les enduits superficiels à base d’émulsion : Les enduits superficiels constituent depuis longtemps la technique d’entretien la plus utilisée au Maroc. En effet, 85% des chaussées disposent d’une couche de roulement en enduit superficiel. Plusieurs structures d’enduits superficiels sont à la disposition des concepteurs, chacune d’elles ayant un domaine privilégié d’application. A cela s’ajoute les techniques à froid à base de ciment qui ont aussi connu leur introduction vers les années 90 mais qui n’ont pas connu de développement important malgré l’effort consenti par l’Association des Professionnels du Ciment (APC) au niveau des prix. L’introduction de telles techniques a été dicté par les raisons suivantes :


Raison d’ordre technique :

Les techniques à froid sont faciles à mettre en œuvre et s’adaptent aux différents reliefs rencontrés au Maroc. Elles s’adaptent aussi aux différentes configurations du trafic routier.
Par ailleurs, l’utilisation des techniques classiques dans certaines régions du Maroc (réseau du rif et du pré-rif) n’assure pas la durée de service pour lequel les chaussées routières sont dimensionnées et ce, compte tenu de la vulnérabilité de la grave non traitée à l’eau.

 

Raisons d’ordre économique

Certaines régions du Maroc connaissent une grande pénurie de matériaux nobles répondant aux spécifications exigées par les marchés. Il s’agit des régions de Safi, Kénitra, Larache, Tanger, Sidi Kacem, El Jadida, Khouribga, Beni Mellal, etc.
Au niveau de ces régions, le transport se fait sur de longues distances, ce qui surenchérie les coûts des travaux et prolonge leurs délais. L’utilisation des nouvelles techniques permet la réduction du coût de transport en adoptant des épaisseurs moindres et en valorisant les matériaux résiduels de la chaussée. Elles permettent également d’épargner le réseau rencontré autour du chantier de l’agressivité des camions.
Par ailleurs, grâce aux renforcements du réseau routier marocain, la plupart des assises de chaussées regorgent actuellement une quantité importante de matériaux granulaires. Ces chaussées sont considérées comme un gisement de granulats qu’on peut valoriser et réutiliser grâce aux nouveaux procédés et nouveaux matériels pour le recyclage en place des chaussées.

 

Raisons d’ordre écologique

Les techniques à froid sont moins consommatrices d’énergie. Elles permettent une réduction de la consommation d’énergie d’un facteur de 1,5 à 2 par rapport aux mélanges à chaud et une diminution des émissions des gaz à effet de serre d’un facteur de 2 à 3 par rapport aux mélanges à chaud.
Elles permettent aussi l’ouverture de nouvelles carrières et par conséquent la préservation de l’environnement. En effet, l’exploitation des carrières a de grandes incidences sur l’environnement :
- les effets sur l’atmosphère (poussières, bruits, vibration)
- les effets sur les eaux (souterraines et superficielles)
- les effets sur le paysage
- les effets sur le milieu écologique (flore et faune)

 

Bilan des réalisations
Plusieurs programmes de ces techniques ont été mis en œuvre dans les différentes régions du Maroc.
La technique de la grave émulsion a été appliquée dans la région du rif et du pré-rif notamment, la RN2 entre Chefchaouen et Al Hoceima, la RN8 entre Fès et Taounate, la RN13 entre Chefchaouen et Ouezzane, la RN10 entre Ouarzazate et Tinghir, la RN9 entre Ouarzazate et Zagora,…
Quant à la technique des enrobés coulés à froid, elle a été appliquée sur la voie de contournement de Rabat – Salé, la RN8 entre Fès et Taounate, la RN10 entre Ouarzazate et Tinghir, la RR322 entre Rabat et Mohammedia, etc…
Ces deux techniques précédemment citées méritent d’être relancées et encouragées.
Les techniques de retraitement en place ont été largement appliquées sur le réseau à fort trafic telle que la RN9 entre Settat et Marrakech, la RN6 entre Rabat et Meknès, la RN1 entre Tanger et Kénitra, etc. ainsi plus de 2 millions de mètres carrés ont été recyclés sur le réseau national.

 

Conclusion
Dans un souci de réaliser des chaussées performantes et économiques, l’administration routière et la profession ont introduit des techniques innovantes pour l’entretien et la réparation des chaussées. Ces techniques, qui ont donné leur preuve connaîtront un développement important dans l’avenir pour les raisons évoquées plus haut. A l’heure actuelle, le bilan est largement positif : les entreprises ont été favorables à cette introduction, certaines d’entre elles se sont équipées du matériel nécessaires, certains laboratoires se sont dotés du matériel spécifique pour la réalisation des essais.


A. JANATI IDRISSI,
B.Ingénieur Général au ministère


de l’Equipement, du Transport
et de la Logistique


Paru dans Chantiers du Maroc N°119 – Juillet/Août 2014

 

Architecture bancaire : la clarté au rendez-vous !

  Les banques marocaines n’ont pas toujours été soucieuses de l’image qu’elles communiquaient aux citoyens. De l’établis...
Lire la suite
 
Video
Bannière

<< >>

sondages
Les architectes peuvent apporter beaucoup !

  Azdine Nekmouche, comme ancien président élu du Conseil Régional de la région de Casablanca, est bien au fait des dangers que...
 
Le BTP turc accompagne les grands projets du Royaume

  Depuis plus d’une décennie déjà, les entreprises de BTP turques installées dans le Royaume ne cessent d’accroitre leurs p...
 
Coffrage : Fenie Brossette et Condor consolident leur partenariat

  A l’occasion de la consolidation du partenariat entre Fenie Brossette et Condor, groupe italien spécialisé dans les solutions...
 
cevisama
eac
intermat
kerix
lire-kalpin
logo-onigt
logo-scopalto
logo_confort
piscine-expo
smartcityexpo
surface
 

Psychopathologie politique d’une société schizophrène. Par Mustapha Saha.

Le peuple marocain se distingue, depuis toujours, par son intelligence modé...
Lire la suite
 
Claude parent n’est plus, La fonction oblique a pris la tangente

Au lendemain de son 93e anniversaire, samedi 28 février 2016, « l’oncle ...
Lire la suite
 
Numerique et communication politique

La Révolution numérique tisse irrémédiablement une nouvelle société tr...
Lire la suite
 

Toutes les chroniques

sondages
La règlementation thermique des constructions au Maroc ( RTCM) est-elle facilement applicable ?
 
 

Les architectes peuvent apporter beaucoup !

  Azdine Nekmouche, comme ancien président élu du Conseil Régional de la région de Casablanca, est bien au fait des dangers que...
 

Plus d'interviews

Le BTP turc accompagne les grands projets du Royaume

  Depuis plus d’une décennie déjà, les entreprises de BTP turques installées dans le Royaume ne cessent d’accroitre leurs p...
 

Plus des dossiers

 
 
Copyright © 2016 Archimedia Groupe - site web officiel. Tous droits réservés.